Connectez-vous avec nous

Jardin

Comment le réchauffement de la planète affecte les plantes

Le changement climatique mondial devrait avoir des effets considérables sur de nombreux aspects de la vie sur Terre au cours des prochaines décennies.

Les scientifiques ont énuméré une liste impressionnante de conséquences prévues : des conditions météorologiques extrêmes, la désertification, les vagues de chaleur et les incendies de forêt, la mise en danger et l’extinction de nombreuses espèces, etc.

Compte tenu de l’ampleur du problème, il est difficile d’imaginer à quel point le changement climatique de la Terre aura des répercussions sur pratiquement tous les aspects de la vie.

Dans cet article, je souhaite expliquer en profondeur certaines des conséquences du changement climatique.

Nous pouvons être familiers avec l’idée générale de ce à quoi ressemble une planète qui se réchauffe, mais nous n’avons pas une idée claire de ce qu’est le changement climatique. comment et pourquoi des températures plus élevées affecteront tout de manière si radicale.

Je vais me concentrer sur la façon dont le réchauffement climatique et l’augmentation des niveaux de dioxyde de carbone affectent les plantes.

Je vais d’abord vous donner un bref aperçu :

  • Les bases du changement climatique et du réchauffement de la planète
  • Pourquoi les plantes sont si importantes

Et puis, venons-en à l’objectif premier de cet article, expliquer comment les plantes seront affectées par le changement climatique global, et comment elles affectent à leur tour les processus climatiques.. Parmi les interactions les plus notables entre les plantes et le changement climatique, citons :

  • Une prolifération de la croissance des plantes (« verdissement »)
  • Pénuries d’eau et sécheresses régionales
  • Feux de forêt
  • Modifications de la structure des plantes (par exemple, feuilles plus épaisses)
  • Changements dans les communautés végétales (les plantes tolérantes à la chaleur se déplacent vers les zones de réchauffement et les plantes vulnérables s’en éloignent).
  • Menaces sur les espèces cultivées

Enfin, je vous recommanderai certaines de mes ressources préférées (comme la carte Global Forest Watch) si vous souhaitez en savoir plus sur les plantes et le changement climatique.

Changement climatique ou réchauffement de la planète ?

Ces termes sont souvent interchangeables, mais ils sont quelque peu distincts. Réchauffement climatique désigne spécifiquement l’augmentation des températures de la Terre due aux émissions de gaz à effet de serre. Ces émissions proviennent d’activités humaines telles que la combustion de combustibles fossiles, l’agriculture, la déforestation et l’industrie.

Changement climatique est un terme générique plus large, qui englobe le réchauffement de la planète ainsi que les conséquences plus vastes et les modifications des régimes climatiques qui se produisent en raison de températures plus élevées et de l’augmentation des niveaux de gaz à effet de serre.

changement climatique-forêt-mortalité

Températures en hausse : Combien ? A quelle vitesse ?

Les températures moyennes mondiales ont déjà augmenté de manière significative au cours du siècle dernier. Vous pouvez accéder en ligne aux données sur les températures historiques de la surface du globe, et il est clair que les températures moyennes sont en hausse. La température à la surface du globe aujourd’hui (en 2021) est d’environ 1.8o Fahrenheit (ou environ 1o Celsius) plus chaud qu’il ne l’était dans les années 1880.

De combien les températures mondiales vont-elles continuer à augmenter au cours des prochaines décennies ? Cela dépend. Mais une chose semble certaine : dans un avenir proche, les températures vont continuer à grimper.

Selon un rapport publié en 2021 par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), un organisme regroupant plus de 1300 scientifiques, « la température à la surface du globe continuera d’augmenter au moins jusqu’au milieu du siècle dans tous les scénarios d’émissions envisagés. »

En outre, le rapport du GIEC prévient que « le réchauffement planétaire de 1,5°C et 2°C sera dépassé au cours du 21e siècle, à moins que des réductions importantes des émissions de dioxyde de carbone (CO2) et d’autres gaz à effet de serre ne se produisent dans les prochaines décennies. »

De nombreux sites scientifiques s’attendent que d’ici 2050 environ, la terre pourrait être de 3,6 %.oF (ou 2oC) plus chaude qu’elle ne l’était avant l’industrialisation intensive.

Sans une réduction substantielle des émissions de gaz à effet de serre, on peut s’attendre à une augmentation de 10oF (ou 5,6oC) d’ici 2100. En plus de ces températures plus élevées, la Terre connaîtra une augmentation radicale du dioxyde de carbone atmosphérique.

Ces prédictions désastreuses ne sont heureusement pas inévitables : Les chercheurs travaillent sans relâche pour concevoir des solutions et des technologies permettant d’obtenir une énergie plus propre et plus durable – et surtout, le prix d’un grand nombre de ces technologies diminue rapidement.

Lorsque l’adoption de mesures écologiques se justifie financièrement, les entreprises sont plus susceptibles de le faire volontairement dans leur propre intérêt. C’est important pour la mise en œuvre des mesures nécessaires à plus grande échelle.

Si les gouvernements et les entreprises prennent des mesures sérieuses pour réduire les émissions et pour développer et mettre en œuvre des technologies plus vertes, une augmentation plus faible de la température est possible. Selon les prévisions du GIEC, le augmentation de la température mondiale au cours du prochain siècle pourrait varier de 2,5oF à 10oF.

Cette gamme contient une grande variété de scénarios possibles, et c’est à nous de décider ce qui se passera ensuite.

L’importance des plantes

chêne anglais

Maintenant que nous avons une idée des prévisions climatiques pour ce siècle, j’aimerais consacrer un peu de temps aux fonctions essentielles que les plantes remplissent dans leurs écosystèmes.

Les plantes fournissent des habitats pour d’innombrables espèces. Le chêne anglais, par exemple, est un membre crucial de son écosystème, offrant abri et nourriture à des centaines d’espèces d’insectes, en plus des oiseaux, des champignons, des lichens, des chauves-souris, des blaireaux et des cerfs.

Les plantes réduisent la pollution de l’air. Les espaces verts sont connus pour améliorer la qualité de l’air. Les villes et les zones industrielles contiennent souvent des polluants chimiques qui peuvent nuire à notre santé, mais les plantes contribuent à réduire ces dommages et à nous garder en meilleure santé.

Les plantes absorbent le dioxyde de carbone, l’un des principaux gaz à effet de serre responsables du réchauffement de la planète. Les plantes utilisent le dioxyde de carbone pour construire de nouveaux tissus et libérer de l’oxygène dans l’air. Lorsqu’une forêt est brûlée ou abattue, le carbone qui avait été stocké dans les arbres est renvoyé dans l’atmosphère, d’où l’importance cruciale de préserver ces habitats.

Les plantes servent de régulateurs pour le cycle de l’eaule mouvement de l’eau de la terre vers l’atmosphère et inversement. Par exemple, les plantes absorbent les eaux souterraines, qui s’évaporent ensuite dans l’air. Justin Mankin, scientifique à Dartmouth, explique que les plantes sont « comme la paille de l’atmosphère », jouant un rôle crucial dans la façon dont l’eau se déplace dans le système climatique de la Terre.

Les plantes nous fournissent de la nourriture, des matériaux et des médicaments. Tout ce que nous mangeons est une plante, ou repose finalement sur les plantes. Sans parler de tous nos meubles en bois et de nos parquets, de nos bibelots décoratifs, de nos remèdes et de nos produits de beauté issus de (ou développés avec l’aide de) plantes, de nos livres en papier… la liste est sans fin. L’utilisation durable de ces ressources est essentielle si nous espérons en profiter à l’avenir.

La vie végétale sur une planète qui se réchauffe

Les plantes jouent un rôle évident et important dans notre vie à tous. Le changement climatique mondial ayant des effets très diversifiés, il est naturel de se demander quel rôle jouent les plantes dans tout cela.

A lire  La puissance des perceuses électriques - Vitesse, couple et engrenages

Que réservent les températures plus élevées et l’augmentation des niveaux de dioxyde de carbone à la vie végétale ? Comment les plantes ont-elles commencé à changer en réponse au réchauffement de la planète et comment vont-elles évoluer au cours de ce siècle ? Et quels seront les effets sur les communautés humaines ?

vert-printemps-forêt

Le « verdissement » : Une prolifération de plantes

D’une part, nous sommes susceptibles de voir une suite prolifération de la vie végétale. Un article de synthèse publié en 2020 par Shilong Piao, Xuhui Wang, et al. décrit ce phénomène de croissance de la végétation, également connu sous le nom de « verdissement » : « Le verdissement de la végétation augmente à l’échelle mondiale depuis au moins 1981, date à laquelle la technologie satellitaire a permis de surveiller la végétation à grande échelle. »

Une partie de ce verdissement est le résultat d’une action humaine délibérée (plantation d’arbres à grande échelle), et une autre partie est involontaire (repousse de la végétation dans des zones abandonnées). L’augmentation des émissions de dioxyde de carbone favorise également la croissance des plantes, agissant comme une sorte d’engrais qui augmente la photosynthèse.

Ce verdissement peut sembler formidable à première vue – la plupart d’entre nous connaissent les initiatives de plantation d’arbres destinées à absorber le carbone et à freiner le réchauffement de la planète. Et comme l’expliquent deux des coauteurs de l’étude, Chi Chen et Ranga Myneni, ce « boom du verdissement de la planète depuis le début des années 1980 pourrait avoir ralenti le rythme du réchauffement climatique… peut-être de 0,2 à 0,25 degré Celsius ».

Plus il y a de plantes, mieux c’est, n’est-ce pas ? Eh bien… c’est compliqué.

Les chercheurs ont constaté que le verdissement peut « atténuer le réchauffement de la planète en améliorant l’absorption du carbone par les terres et le refroidissement par évaporation, mais qu’il pourrait également entraîner une diminution de l’albédo, ce qui pourrait potentiellement provoquer un réchauffement local ».

L’étude note également que « le verdissement améliore la transpiration, un processus qui réduit l’humidité du sol et le ruissellement au niveau local, mais qui peut amplifier ou réduire le ruissellement et l’humidité du sol au niveau régional en modifiant le schéma des précipitations ».

En d’autres termes, le verdissement affecte la quantité d’eau de surface disponible et modifie le régime des précipitations. Certains endroits peuvent devenir plus humides, mais d’autres deviendront plus secs à la suite de ces processus.

Dans la prochaine section, j’approfondirai un peu plus la question de la disponibilité de l’eau.

Les pénuries d’eau régionales dues aux changements de la végétation

lit de rivière asséché

Un article de 2019 de Justin Mankin, Richard Seager et al. a étudié la relation entre les plantes, le réchauffement climatique et la disponibilité de l’eau.

L’article examine « comment les plantes vont s’acclimater aux gaz à effet de serre, qui provoquent à la fois des saisons de croissance plus longues et plus chaudes et une photosynthèse amplifiée… entraînant des changements dans la consommation d’eau des écosystèmes et, par extension, l’eau disponible dans les sols et les cours d’eau. »

Les chercheurs ont constaté que une augmentation de la vie végétale réduira probablement la quantité d’eau disponible pour les humains, au moins dans certaines régions..

Ce résultat semble un peu contre-intuitif, d’autant plus que les plantes ont besoin de moins d’eau pour réaliser la photosynthèse lorsqu’il y a plus de dioxyde de carbone disponible. Cela ne signifierait-il pas que, dans un environnement plus chaud et plus riche en dioxyde de carbone, les plantes laisseraient plus d’eau aux humains et aux animaux ?

Malheureusement non. C’est parce qu’une planète plus chaude aura aussi des saisons de croissance plus chaudes et plus longues, donc les plantes passeront plus de temps à se développer et à prendre de l’eau. De plus, les niveaux plus élevés de dioxyde de carbone font que les plantes deviennent plus grandes et produisent plus de feuilles. Lorsqu’il pleut, donc, ces feuilles larges et abondantes faciliteront l’évaporation.

En fin de compte, donc, l’étude conclut qu’il y aura moins de d’eau disponible dans les rivières et les ruisseaux des régions de latitude moyenne, y compris certaines parties de l’Asie centrale, de l’Amérique du Nord et de l’Europe. D’autres parties du monde, cependant, y compris les régions tropicales et septentrionales, devraient recevoir suffisamment de précipitations pour compenser la prolifération de la végétation.

Stephen Leahy résume l’importance de ces résultats dans un article pour le National Geographic. D’une part, les personnes vivant dans les régions touchées doivent se préparer à des sécheresses plus longues et plus graves.

Les climatologues ont mis en garde contre la possibilité d’une « méga-sécheresse » qui toucherait le sud-ouest des États-Unis ou les Grandes Plaines plus tard dans le siècle. Sans intervention environnementale, les scientifiques estiment la probabilité d’une telle méga-sécheresse à environ 80 %. Et ces prédictions ne ne tiennent pas encore compte des nouvelles découvertes (comme l’étude de Mankin et al.) sur la façon dont le changement climatique affectera les plantes.

En résumé, à mesure que la Terre se réchauffe et que les plantes absorbent davantage d’eau, il est probable que les régions de latitude moyenne souffriront de sécheresse dans une mesure encore plus grande que prévu.

Les effets de la sécheresse sur les plantes

La fréquence accrue des sécheresses est une conséquence bien connue du changement climatique, au même titre que l’augmentation des températures et la vulnérabilité accrue aux incendies. Dans ce monde plus chaud et plus sec, les plantes auront plus de mal à absorber le carbone de l’air.

champ de tournesol-sécheresse

Dans un article publié en 2019, Julia Green et ses collaborateurs ont constaté que les années sèches avaient, sans surprise, des effets négatifs sur les plantes : davantage de plantes mouraient et celles qui survivaient avaient du mal à absorber le dioxyde de carbone aussi efficacement. Bien que pendant les années humides, les plantes aient absorbé du dioxyde de carbone, elles ne l’ont pas fait en quantités suffisamment importantes pour compenser les années sèches.

Comme le résume Blanca Begert dans l’article intitulé Yale Environment Review, « les modifications de l’humidité du sol entraînent une réduction nette de la capacité des plantes à absorber l’excès de carbone présent dans l’atmosphère ». En d’autres termes, les plantes qui subissent des sécheresses deviennent des puits de carbone moins efficaces..

Et à son tour, plus de carbone est laissé dans l’air année après année, créant une boucle de rétroaction. Plus de carbone signifie des températures plus élevées et des sols plus secs, ce qui réduit la capacité des plantes à absorber le carbone, ce qui entraîne à nouveau le réchauffement et la sécheresse.

Concrètement, des études comme celle-ci mettent en doute l’efficacité à long terme des seules initiatives de plantation d’arbres et remettent en question les attitudes optimistes à l’égard du « verdissement » de ces dernières décennies. Bien que les plantes soient essentielles à notre vie sur Terre et qu’elles absorbent et stockent effectivement le carbone de l’atmosphère, le changement climatique entrave leur capacité à exercer leurs activités habituelles.

Les forêts sont comme des rues à double sens lorsqu’il s’agit de carbone ; elles peuvent agir à la fois comme des puits de carbone (en séquestrant le dioxyde de carbone de l’atmosphère) et comme des sources de carbone (en émettant du dioxyde de carbone lorsque la forêt est défrichée).

Au cours des deux dernières décennies, les forêts du monde entier ont absorbé environ deux fois plus de dioxyde de carbone qu’elles n’en ont rejeté. Pendant ce temps, elles ont collectivement servi de puits de carbone essentiel. Mais le réchauffement climatique menace ce rôle.

Feux de forêt

Canicules et sécheresses s’additionnent pour devenir idéales conditions idéales pour les incendies de forêt. Il n’est pas surprenant que les plantes sèches brûlent beaucoup plus facilement.

feu-de-forêt-sauvage-au-canada

En 2021, de nombreux incendies de forêt ont fait la une des journaux dans le monde entier. En Sibérie, en Italie, dans l’ouest des États-Unis et au Canada, des incendies sans précédent ont ravagé des milliers d’hectares, englouti des villes et fait de multiples victimes.

L’année 2021 n’est pas seulement une anomalie ; elle s’inscrit dans une tendance plus large : des étés plus chauds et plus longs, qui entraînent une végétation plus sèche, des éclairs plus fréquents et des saisons d’incendie plus longues. Selon une étude, la superficie des terres brûlées lors des incendies de 2015 a presque doublé par rapport à celle de 1984. Les chercheurs ont également identifié des saisons d’incendie nettement plus longues dans le monde entier.

A lire  18 idées pour ranger vos outils de jardinage

Les particules d’aérosol contenues dans la fumée des incendies bloquent la lumière du soleil et ont donc un effet de refroidissement mineur (et temporaire). Mais globalement, les feux de forêt contribuent à réchauffer encore plus le climat. Lorsque les arbres et la végétation brûlent, le carbone qu’ils contiennent est libéré dans l’air.. Aux latitudes septentrionales, les incendies brûlent également la tourbe (le sol forestier riche en carbone), ce qui libère encore plus de carbone dans l’air.

Changements physiques et adaptations : Feuilles plus épaisses

champ de sécheresse-rice

Tous les effets sur les plantes ne sont pas aussi spectaculaires que la dévastation d’un incendie de forêt. Néanmoins, ces impacts plus subtils peuvent également être significatifs.

C’est le cas par exemple : De nombreuses espèces végétales ont tendance à avoir des feuilles plus épaisses en réponse à des niveaux plus élevés de dioxyde de carbone. Ce phénomène a été observé chez de multiples types de plantes, des arbres ligneux aux cultures telles que le riz et les pommes de terre.

Les chercheuses Marlies Kovenock et Abigail Swann soulignent que l’épaississement des feuilles tend à ne pas être pris en compte dans les modèles ou les prévisions environnementales. Elles affirment qu’il est important de quantifier les modifications des plantes (comme l’épaississement des feuilles) et de découvrir leurs implications pour le changement climatique.

L’épaississement des feuilles modifie le rapport entre la surface et la masse et affecte la façon dont la plante effectue le stockage du sucre, le refroidissement par évaporation et la photosynthèse, entre autres activités.

Malheureusement, il semble que les feuilles plus épaisses ne sont pas aussi efficaces pour séquestrer le dioxyde de carbone atmosphérique.ce qui affaiblit la capacité des plantes à servir de puits de carbone.

Comme dans le cas de la consommation d’eau, les chercheurs qui espèrent créer des prévisions précises pour l’avenir doivent tenir compte des changements dans la végétation, qui peuvent perturber les fonctions et les activités que les plantes exercent depuis longtemps dans leurs écosystèmes.

Le visage changeant des communautés végétales locales

forêt tropicale et pluviale

Certaines espèces végétales sont fortement associées à des régions géographiques particulières. Les séquoias et les arbres de Josué en Californie, les chênes verts et les magnolias dans le sud des États-Unis, les baobabs à Madagascar, les cèdres du Liban, les érables à sucre au Canada. Mais le réchauffement de la planète est en train de changer tout cela.

Le biologiste Ken Feeley et plusieurs coauteurs ont récemment entrepris une étude portant sur près de 20 000 espèces végétales d’Amérique du Nord, d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud afin de déterminer comment et où les espèces végétales ont modifié leurs aires de répartition, en déclinant dans leurs régions traditionnelles et en se déplaçant ailleurs.

Les chercheurs indiquent que ces changements dans les écosystèmes végétaux se produisent depuis les années 1970. Lorsque les températures augmentent, les plantes qui ne peuvent pas supporter la chaleur se déplacent vers des latitudes ou des altitudes plus élevées, ou meurent localement. D’autres plantes mieux à même de tolérer la chaleur viennent les remplacer.

Feeley suggère qu’il existe souvent une corrélation inverse entre la résistance à la chaleur et la résistance à la sécheresse d’une espèce végétale. C’est-à-dire qu’une plante tolérante à la chaleur est souvent moins résistant à la sécheresse. Comme indiqué ci-dessus, le changement climatique augmente la probabilité et la gravité des sécheresses dans de nombreuses régions. Cela peut constituer un danger lorsque des espèces tolérantes à la chaleur mais vulnérables à la sécheresse se déplacent vers des zones en réchauffement. Lorsque la sécheresse frappera la région, bon nombre des nouveaux venus qui aiment la chaleur ne seront pas en mesure de survivre.

En outre, Feeley souligne l’effet d’entraînement des écosystèmes végétaux, qui sont essentiels au maintien de la vie animale et humaine. Lorsque certaines plantes quittent une région et que d’autres s’y installent, les animaux peuvent également être contraints de s’adapter, de se déplacer ou de s’éteindre.

Bien que l’enquête de Feeley se soit concentrée sur les Amériques, cette tendance se produit dans le monde entier – et cela s’est déjà produit auparavant, il y a plus de 50 millions d’années. Lorsque la Terre s’est soudainement réchauffée au cours d’un événement appelé « Palaeocene-Eocene Thermal Maximum » (PETM), les forêts d’aulnes, de cornouillers, de cyprès et de sycomores ont disparu et des forêts entièrement nouvelles, composées d’espèces résistantes à la chaleur, ont pris leur place.

La hausse des températures affecte différemment chaque espèce végétale. Alors que certaines plantes peuvent s’adapter à certains changements climatiques – et même prospérer – d’autres migrent, d’autres encore diminuent ou finissent par disparaître.

Écrire pour Yale Environnement 360Zach St. George explique que les changements que nous observons au XXIe siècle pourraient bien éclipser ceux du passé lointain : « Le climat se réchauffe actuellement au moins 10 fois plus vite qu’au début du PETM. »

De nombreux scientifiques s’attendent donc à voir des communautés végétales radicalement différentes dans les années à venir – aussi difficile qu’il soit d’imaginer Madagascar sans ses baobabs ou le Liban sans ses cèdres. Et ces communautés végétales transformées seront probablement accompagnées de changements dans la faune, car les insectes, les oiseaux et les mammifères qui ne pourront pas s’adapter au nouvel écosystème migreront ailleurs.

Menaces sur les espèces cultivées

champ de blé à sol sec

Outre les transformations profondes des écosystèmes mondiaux, le changement climatique fait peser des menaces spécifiques sur de nombreuses cultures dont nous dépendons. Les effets des mauvaises herbes, des insectes et des maladies des cultures devraient s’intensifier au cours des prochaines décennies.. En outre, les niveaux élevés de dioxyde de carbone peuvent réduire la valeur nutritive des cultures.

Dans certains cas, les espèces cultivées sont plus vulnérables au changement climatique que les espèces adventices. Alors que les plantes cultivées luttent contre le stress thermique, les mauvaises herbes tolérantes à la chaleur prospèrent. En outre, les températures chaudes peuvent étendre l’aire de répartition des mauvaises herbes, leur permettant ainsi d’affecter les cultures dans de nouvelles régions.

Les températures chaudes ont également un effet sur les insectes nuisibles, accélérant leur cycle de vie, conduisant à des populations de nuisibles plus importantes produites en une seule saison de croissance, et leur permettant d’étendre leur aire de répartition.

Les cultures elles-mêmes peuvent être affaiblies par le stress dû à la hausse des températures ou aux changements d’humidité du sol, ce qui les rend vulnérables aux maladies.

Ensuite, il y a la question de la concentration de dioxyde de carbone. Comme je l’ai expliqué plus haut, des niveaux élevés de dioxyde de carbone favorisent la photosynthèse et entraînent une plus grande croissance des plantes. Mais les cultures qui sont produites dans de telles conditions de dioxyde de carbone élevé sont moins nutritives, contenant des quantités plus faibles de nutriments vitaux tels que le fer et le zinc, tandis que les céréales ont également moins de protéines.

Effets globaux du changement climatique sur les plantes

sécheresse-conifères-forêts

Compte tenu de la grande diversité des espèces végétales, il n’existe pas de prédiction unique concernant l’évolution de chaque espèce. Les plantes qui aiment la chaleur, par exemple, peuvent prospérer et étendre leur aire de répartition, à condition qu’elles puissent résister aux autres conditions associées au changement climatique, comme l’augmentation de la sécheresse et des incendies de forêt.

En raison de l’effet fertilisant du dioxyde de carbone, la vie végétale en général a proliféré. Donc, dans un sens, le changement climatique est bénéfique pour les plantes…mais ce n’est pas toute l’histoire. Comme l’explique Richard Norby, chargé de recherche sur les entreprises, dans l’article intitulé Scientific American, « Vous pouvez avoir des choses positives et négatives qui se passent en même temps, et c’est l’équilibre net qui compte. »

D’une part, cet effet de fertilisation a ses limites. Les plantes ont besoin d’azote en plus du dioxyde de carbone, donc les limites de l’azote disponible restreindront la croissance des plantes, quelle que soit la quantité de dioxyde de carbone présente.

D’autre part, les niveaux élevés de gaz à effet de serre produisent des effets supplémentaires qui vont au-delà de la simple stimulation de la photosynthèse ; ils contribuent également au changement climatique, entraînant des conditions qui sont en fin de compte néfastes pour de nombreuses plantes.

A lire  Qu'est-ce que le sable à gazon - et pourquoi vous devriez l'utiliser !

Dans l’ensemble, les effets néfastes du changement climatique l’emportent sur les effets positifs. À mesure que les températures terrestres augmentent, les plantes souffrent d’une humidité insuffisante du sol et du stress thermique, ce qui nuit à leur capacité de survie et de reproduction. Dans les cas les plus graves, la végétation est exposée à la sécheresse ou aux incendies de forêt.

Ces effets néfastes pour les plantes ont à leur tour des conséquences pour l’homme, telles que des pénuries d’eau régionales et une diminution de la valeur nutritive des cultures..

Ressources utiles pour en savoir plus sur les plantes et le changement climatique

arbres-forêts-avec-lumière-du-soleil

Global Forest Watch

Ce site basé sur des cartes est excellent et vous permet de vous faire une idée de plusieurs problèmes différents :

  1. Consultez les récentes alertes à la déforestation et aux incendies.
  2. Visualisez les tendances de la couverture arborée de 2000 à aujourd’hui.
  3. Lisez des rapports sur la disparition des forêts tropicales.

C’est une véritable mine d’informations, et ils tiennent également un blog, qui traduit certaines de ces données en articles courts et informatifs.

Woodland Trust

Cette organisation vise à protéger les zones boisées et les communautés sauvages à travers le Royaume-Uni. Elle plante des arbres, gère et restaure plus de 1000 forêts et travaille à la conservation d’espèces sauvages menacées comme le balbuzard pêcheur. Leur site Web est une merveilleuse ressource pour en savoir plus sur les arbres, les plantes des bois et la faune britannique. Ils tiennent un blog informatif (particulièrement recommandé pour les familles avec des enfants qui souhaitent aider la faune locale et profiter du plein air) et proposent également une application d’identification des arbres !

Yale Environment 360

Ce magazine en ligne publié à la Yale School of the Environment est un excellent moyen de se tenir au courant de l’actualité environnementale. Il propose une combinaison de reportages, d’analyses et d’articles d’opinion, rédigés par des scientifiques, des journalistes et des responsables politiques.

NASA : Changement climatique global

J’associe surtout la NASA aux astronautes et à l’espace, mais elle dispose également de documents sur le réchauffement climatique ici même sur la planète Terre. Vous pouvez accéder à des faits et à des FAQ, à des articles d’actualité, à des fonctions interactives et à des programmes pour les enfants et les éducateurs.

L’une de mes fonctions préférées est la Climate Time Machine, qui vous permet de suivre l’évolution de la glace de mer, du niveau des mers, de la concentration de dioxyde de carbone et de la température mondiale au fil du temps. Sur la carte des températures mondiales, par exemple, vous pouvez faire glisser un curseur de 1884 à 2020.

La carte du niveau de la mer vous permet de visualiser les effets d’une augmentation de 6 mètres, qui se produirait si la calotte glaciaire du Groenland fondait complètement (pour l’instant, elle ne s’amincit que partiellement).

Et qu’en est-il de la concentration de dioxyde de carbone, un facteur dont nous savons qu’il influence la végétation ? Cette carte vous permet de visualiser l’évolution des niveaux de ce gaz entre 2002 et 2016.

Kurzgesagt – En bref

Cette chaîne de vidéos animées crée des vidéos explicatives illustrées de manière colorée sur des sujets intéressants, notamment le changement climatique. Chaque vidéo s’articule autour d’un thème, d’un défi ou d’une question particulière : Que puis-je faire, en tant qu’individu, pour lutter contre le changement climatique ? À quoi pouvons-nous nous attendre dans un avenir proche ? Quelle pourrait être l’efficacité de solutions comme l’énergie nucléaire ou la géo-ingénierie ? Si vous êtes à la recherche de vidéos courtes mais qui suscitent la réflexion et la curiosité, essayez Kurzgesagt !

Plantes, cellules et environnement: Changement climatique

Ce numéro spécial de la revue est disponible en ligne. Il rassemble des articles savants sur les effets du changement climatique sur les plantes. Comme l’explique le résumé du numéro, « le changement climatique a de nombreuses conséquences sur les plantes, qu’il s’agisse de vagues de chaleur, d’une augmentation des inondations ou de sécheresses. Outre ces effets en chaîne du réchauffement climatique, l’augmentation des concentrations de dioxyde de carbone et des températures affecte directement la croissance, la reproduction et la résilience des plantes. » Ces impacts sont divers, difficiles à prévoir et varient selon les régions et les espèces – mais ils « pourraient avoir des conséquences dévastatrices pour l’humanité. » Si vous souhaitez vous plonger dans ce sujet, ce numéro de la revue est un bon point de départ.

Conclusion

Les scientifiques en sont encore à déterminer les effets précis que le changement climatique aura – et a déjà – sur toutes sortes de plantes. Certaines espèces auront de la chance et survivront, voire prospéreront. Celles qui peuvent supporter des températures plus élevées ont un bel avenir devant elles (malheureusement pour les humains, certaines de ces plantes semblent être des mauvaises herbes, qui menacent de plus en plus d’étouffer les cultures).

D’autres espèces végétales devront s’adapter, migrer ou s’éteindre. Nous avons déjà eu un aperçu de cet avenir, alors que des baobabs vieux de 2000 ans meurent et que de graves incendies de forêt déciment des hectares de forêt.

Une chose est certaine : La hausse des températures mondiales et l’augmentation des niveaux de dioxyde de carbone continuent d’avoir une influence considérable sur les plantes, qui ont à leur tour un impact sur nous tous.

A propos de votre guide

  • Rachel Brown est rédactrice principale chez DIY Garden, où elle traite de tous les sujets, du jardinage à l’amusement des enfants. Son expertise découle d’une passion pour enseigner à ses enfants les avantages des jeux en plein air et la façon de protéger l’environnement.

Jardinière depuis mes 11 ans, j'aime la nature et ce qu'elle m'apporte au quoditien!

Lire la suite
Clic pour commenter

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

ARTICLES POPULAIRES